Rencontre inattendue : la video

La video complète (3min52s) est disponible sur:

Couserans

 

 

 

6&7 juillet 2019: Réserve d’Orlu

Long est le cheminement qui mène, du Fanguil au refuge d’En Beys. Mais une source à la fraîcheur incomparable permet de scinder cette étape où le soleil n’a pas manqué d’ardeur.

Dans la soirée, la brume restée tapie en fond de vallée vient nous inonder de draperies volatiles. Et, le lendemain matin, elles sont toujours là, nous attendant au réveil. Cependant, une fois la couillade d’En Beys atteinte, elles sauront s’écarter définitivement pour nous laisser nous délecter des étangs des Peyrisses.

 

30 juin 2019: rencontre inattendue

Par un petit matin de juin, alors que nous venions de prendre place sur un point dominant, un ours est entré dans le champ de vision des jumelles. Puis… un second, arrivé de je ne sais où, est venu s’entretenir paisiblement avec le premier. Leurs chemins se sont vite séparés, et chacun est allé trouver un endroit ombragé pour s’assoupir. 2h15 d’observation.

 

 

23 juin 2019: Pic d’Escobes (09)

Un bien joli sommet, tout au fond de la vallée du Sisca. Très beau belvédère sur les lacs alentours. Un boucle qui nous a permis d’en profiter pleinement.

 

16 juin 2019: Auzout (09)

WE de transhumance. Nous avons commencé par patienter derrière les brebis. Puis l’arrêt des chevaux nous a permis de les shunter. Et plus loin, les vaches. A part que celles-là montaient… au même endroit que nous! Tout juste le temps de les doubler, d’enfiler les chaussures, et de partir devant; devinant leur appétit féroce pour l’herbe des montagnes qui leur donnait des ailes.

Enfin. A la sortie du bois, longue observation du renard. Puis les vaches ont débarqué. Qu’importe, au ressaut supérieur, l’étagne (femelle du bouquetin) nous attendait, perchée sur sa crête tandis qu’un chevreuil traversait tout le vallon à quelques encablures. A peine plus loin, un premier isard. Puis d’autres. Et puis le jeune gypaète, tout de noir vêtu nous passe à l’aplomb à ouate distance. Puis les parents, les vautours fauves… Bon, c’est bien tout ça, mais il nous manque l’ours. Je coupe court; nous ne l’avons pas rencontré. Seulement avons-nous pu déceler son passage par quelques touffes de poils et… une belle griffade sur un arbre.

En rentrant, Etienne a trébuché sur un bois de cerf. Si si!

Du coup, une journée bien remplie, sous un soleil radieux.